30 migrants seront logés à la CCAS

A la demande de la préfecture, 30 migrants de Calais seront hébergés à la CCAS de Trébeurden jusqu'à la fin de l'année. 30 autres devraient être logés au village EDF à Trégastel.

28/11/2016 à 10:39 par Administrateur

La CCAS de Trébeurden va accueillir 30 migrants jusqu'au 22 décembre.
La CCAS de Trébeurden va accueillir 30 migrants jusqu'au 22 décembre.

Pour répondre à la situation préoccupante des migrants, source de tensions à Calais, l’Etat a décidé de solliciter les préfets de tous les départements afin de trouver des solutions d’accueil. C’est dans ce cadre que le maire de Trébeurden a reçu dernièrement un appel de la direction départementale de la cohésion sociale afin que 30 migrants soient hébergés en pension complète du 10 octobre au  22 décembre.

« L’objectif est de travailler avec la CCAS (le village vacances de la caisse centrale d’activité sociale) qui a la possibilité d’héberger des migrants pendant une période de fermeture », a expliqué le maire Alain Faivre, lors du dernier conseil municipal.

« Ils pourront repartir »

« Il s’agit de proposer aux migrants de Calais un accueil limité dans le temps qui leur permettra de se ressourcer, de réfléchir à leur quête d’exil. Ils pourront repartir si ça ne leur convient pas. À la fin du séjour, ils seront redirigés vers des centres d’accueil et feront éventuellement une demande d’asile. »

Trois abstentions

Alain Faivre a demandé leur avis aux élus, dans l’ensemble favorables à cet accueil, à l’exception de trois abstentions, afin de transmettre une réponse à la préfecture en attirant l’attention sur la nécessité d’une surveillance accrue, en raison de la proximité des établissements nocturnes.
Reste que dans une tribune libre parue dans le Trégor, « Trébeurden demain » (Fernand Coulon, Brigitte Le Bihan et François Hucher) a exprimé des réserves : « La situation des migrants fuyant leurs pays d’origine dans des conditions dramatiques ne nous laisse évidemment pas indifférents ! Est-il vraiment raisonnable de penser que Trébeurden puisse sereinement accueillir d’un jour à l’autre, à la sortie de cette zone de non droit de Calais, un groupe de trente jeunes hommes blessés par la vie ? Comment animer et  former ces jeunes ? Vous paraissez vous défausser sur l’association qui sera en charge de leur accueil. Comment les protéger contre leur rêve de partance au Royaume-Uni quand on va les faire vivre au CCAS face au port ? »

« Comment croire aux promesses ? »

La question de la sécurité est également soulevée : « Vous nous dites que vous allez réclamer des renforts en gendarmes pour épauler notre seul policier municipal. À Calais des compagnies de CRS n’ont pas réussi ! Comment croire une fois de plus aux promesses et aux bonnes intentions alors que les Trébeurdinais sont déjà outrés par le manque de considération dont ils sont l’objet dans leur combat contre l’extraction de sable ! Nombre de Trébeurdinais vont trouver bien  conciliante votre précipitation à  aider le gouvernement à trouver une solution à un problème d’ordre public qui, même à échelle réduite, dépassera les capacités et les compétences de Trébeurden », conclut  « Trébeurden demain »

Jusqu’ici, seules quelques personnes isolées avaient été accueillies dans des communes du Trégor. Une trentaine de migrants sont aussi attendus au centre de vacances d’EDF à Trégastel pour une période de deux ou trois mois.

Localité(s) :
22560 Trébeurden

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image