Rennes Essai clinique à Rennes : Biotrial visé par une nouvelle enquête

Un an après la mort d'un homme lors d'un essai clinique mené par Biotrial à Rennes, le laboratoire est visé par une nouvelle enquête. Un autre volontaire a été victime d'un AVC.

10/01/2017 à 14:33 par Timothée L'Angevin

Le laboratoire rennais Biotrial est empêtré dans une nouvelle affaire judiciaire (capture d'écran : © Googlestreetview)
Le laboratoire rennais Biotrial est empêtré dans une nouvelle affaire judiciaire (capture d'écran : © Googlestreetview)

L’affaire avait fait scandale. Et à quelques jours du triste anniversaire de la mort du volontaire d’un essai clinique, Biotrial se serait volontiers passé de cette publicité. Le Figaro a révélé, lundi 9 janvier, que le laboratoire breton était visé par une nouvelle enquête préliminaire, ouverte par le parquet de Paris en août, pour « blessures involontaires ».

Un autre volontaire victime d’un AVC

Les faits remontent à novembre 2015, deux mois avant la mort de Guillaume Molinet. L’homme de 49 ans était décédé le 17 janvier, quelques jours après avoir débuté l’essai clinique du BIA 10-2474, une molécule du laboratoire portugais Bial censée soulager douleur et anxiété.

Un autre volontaire, qui testait la même molécule, aurait été victime d’un AVC. C’est ce qu’aurait révélé une IRM cérébrale préventive administrée à la demande de Biotrial après le drame, d’après nos confrères.

> Lire aussi, sur le Ploermelais : Essais thérapeutiques à Rennes : l’homme décédé était de Guilliers

Dose trop élevée

L’examen avait mis en évidence des lésions en lien avec un « accident cardiovasculaire non récent », sans pouvoir toutefois le dater, selon une source proche de l’enquête. Une analyse réfutée par le plaignant et sa défense, qui faisaient valoir que son AVC était une cause directe de l’essai clinique, ce qu’ont confirmé des médecins interrogés par Le Figaro. L’AVC résulterait d’un dose trop élevée de molécule administrée au volontaire.

L’enquête est en cours et les investigations ont été confiées à la direction interrégionale de la police judiciaire de Rennes.