»
Législatives 2017
Tous les résultats dans votre commune et votre circonscription.

Cousinade. L'arbre des Sidaner remonté sur 13 générations

232 personnes, 92 familles, 13 générations : les Sidaner sont partis à la chasse aux ancêtres.

16/05/2017 à 09:44 par Administrateur

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Isabelle Cajdler, née Sidaner, d’un papa breton à Cavan qui est parti de sa Bretagne natale pour travailler à Reims à la base militaire, a organisé une cousinade avec son frère Eric, qui vit en Belgique et a pu reconstituer l’arbre généalogique de cette branche. Tous se sont retrouvés dernièrement à Pommerit-Jaudy.

Le patronyme Sidaner est présent essentiellement en Bretagne, il est très peu répandu et apparaît avant tout sous la forme Le Sidaner. Il signifie en breton marchand de soie, ou sériciculteur.

Plus de 200 ancêtres sont désormais tirés de l’oubli, explique Isabelle Cajdler :

L’arbre généalogique a pour référence commune nos ancêtres Arsène Sidaner (1896-1963) et Jeanne Le Gallou (1898-1964) de Prat (ferme du Squivit). C’est un arbre qui représente tous les descendants (une centaine) et les ascendants (environ 130), avec principalement le patronyme (le) Sidaner. Il représente donc 232 personnes de 92 familles sur 13 générations.

Les descendants dans le même village durant 300 ans !

L’ancêtre le plus ancien recensé, Yves Le Sydanner, est né vers 1 630. Il est remarquable de noter que pendant plus de trois siècles tous les descendants de ce dernier sont restés habiter dans le même village, Prat. Ce qui est loin d’être le cas des deux dernières générations, qui pour la plupart ont quitté leur village natal.

Qui a perdu la particule ? « C’est grâce à ces archives numérisées disponibles sur Internet que j’ai pu construire cet arbre en quelques mois seulement (et ce à 1 000 km de la Bretagne) », précise Eric. « Ces recherches généalogiques ont permis de noter la modification de l’orthographe du patronyme au cours des ans. » Elles ont aussi permis de résoudre une énigme : qui a perdu la particule. Réponse : Jean-Francois Sidaner en 1856. La raison reste toujours mystérieuse !

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Résultats sportifs de votre région
Go

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter