Plestin-les-Grèves Denez Prigent, itinéraire d'un barde nouveau

Denez ouvre la saison de la salle An Dour Meur à Plestin le 24 septembre. L'occasion d'une rencontre avec l'artiste trégorrois.

21/09/2016 à 16:09 par Administrateur

Denez une âme d'enfance sur sa culture bretonne. -
Denez, une âme d'enfance sur sa culture bretonne (photos Jean-Paul Leclercq).

En juin, nous avons rencontré Denez Prigent venu prendre le pouls de la salle An Dour Meur de Plestin-les-Grèves, où il se produit à nouveau ce 24 septembre.

Parcours initiatique

Initié très tôt à la chanson et aux contes dans le sein familial de Santec, il s’exprime et chante en breton. « C’est une association longue qui claque au vent » entre lui, son pays et sa culture.

Après une licence d’arts plastiques à Rennes, il devient professeur de breton à Carhaix et animateur à la radio. Les rencontres successives le propulsent sur des scènes de concerts divers, de blues-jazz acoustique aux musiques anciennes. « J’ai même été porté sur une scène à improviser du rap au début de la vogue ».

C’est que Denez Prigent est « une voix » avant tout, douce, sourde, grave, puissante et flexible en fonction des lieux où il se produit, mais toujours elle capture l’attention vers son message, et c’est a cappella qu’il donne la meilleure définition musicale de son talent.

Il programme alors de façon plus sélective des musiques du monde et les premières parties qu’il assure de Claude Nougaro ou Stephan Eicher au Festival de Montreux, les Transmusicales, des raves, il puise de la musique pop et de la « house » des gimmicks, des sonorités et des rimes pour faire « une musique universelle néanmoins unique au monde par la langue bretonne ».

Enfin, il donne priorité à la danse, les festoù-noz sont ses premières écoles, à l’image des pubs anglais « son conservatoire ».

Poésie orale

D’un naturel discret, Denez Prigent n’en est pas moins éloquent quand il parle de sa Bretagne natale, source d’inspiration qu’il situe dans le cœur de ses âmes habitées de contes et légendes transmis au travers des générations.

Il ne dédaigne pas sa qualité de barde qu’il revisite dans sa fonction et des moyens nouveaux à sa disposition. Le barde est spécialisé dans la poésie orale et chantée. Son rôle est de faire la louange, la satire ou le blâme. C’est un lettré qui tient une place prépondérante dans la société en perpétuant la tradition orale.

Le barde a survécu au Moyen Âge, mais son rôle s’est considérablement altéré pour n’être plus que celui d’un poète, d’un conteur, sans connotation religieuse ni sacrée. « Les bardes n’ont pas écrit leurs chants mais transmettaient les faits divers, les humeurs, les contes et les légendes de la ville aux champs et inversement ». De même, Denez se souvient de ses influences dans les contes de Grimm, d’Andersen. Il fait le rêve de se réapproprier la culture basique bretonne au travers de gwerzioù, de passer des thèmes universels à ceux plus légers, plus individuels, « comme si on avait gardé en parfait état un château du VIe siècle. C’est la culture bretonne : elle est enrichie aujourd’hui par l’intégration de la polyphonie celtique ».

Un artiste multiple

Denez est un auteur et l’écriture occupe le plus clair de son temps. Il accumule les couleurs des légendes qui l’ont marqué, les sonorités des faits qui le troublent toujours, les naufrages, les guerres, les drames familiaux et individuels, la pollution de sa terre, toujours sur un fond de toile fantastique ou tragique. La guerz répond à cette fonction de permettre d’aborder les vrais problèmes dans toutes leurs dimensions : à lui seul, il est un recueil généralement de 60 à 80 couplets qui transmettent les faits et les sentiments, où la poésie tient le devant de la scène.

Denez une âme d'enfance sur sa culture bretonne. -
Denez.

Il a en particulier écrit une guerz de 140 couplets encore inédite, sans doute l’œuvre majeure de sa première moitié d’existence, dont il aimerait « d’un seul chant, créer un voyage en plusieurs scènes et plusieurs tableaux. J’ai assez écrit pour chanter tout le reste de ma vie, voire encore après », dit-il plaisamment mais regrette dans le même temps les contraintes d’une sélection drastique pour de prochains enregistrements.

Son dernier album paru en 2015 est « très métissé parce que la Bretagne est métissée » répond-il aux critiques ; les instruments utilisés sont « une invitation au voyage à travers le monde, chacun y a sa spécificité et la Bretagne a su les intégrer » et pour cesser toute polémique ou toute justification il lance « je laisse le vent souffler dans mes voiles : je suis là pour chanter avant tout ».

On le sait auteur, on le sait chanteur, Denez Prigent est aussi un cinéphile averti privilégiant les films notamment américains. Sollicité par les plus grands réalisateurs, il écrit des musiques ou des chants ont été utilisés dans La Chute du Faucon Noir, L’Odyssée de l’espèce, La môme, Les Seigneurs

La scène

Denez Prigent est de retour à An Dour Meur. « Je reviens sur mes terres, et vers mon public.» De l’Alhambra, aux Transmusicales de Rennes, des Vieilles Charrues au Festival interceltique de Lorient, des concerts au Canada, au Stade de France, en Allemagne, en Ecosse, en Chine, en Norvège, en République Tchèque,  ou à An Dour Meur à Plestin, « ce sont les mêmes personnes, même si les échanges sont différents d’un public à l’autre », affirme-t-il en posant sa réflexion comme sa marque. « Le concert est une sorte de miracle comme une fleur qui pousse dans le béton. Je prends autant de plaisir à chanter en veillées ou en concerts ».

« Dans le bruit de la ville Où je suis enfermé Ma voix sait encore se lever » (E trouz ar gêr) : Denez reste intègre à ses engagements, et il a bien conscience que « le concert est un moyen d’expression qu’il faut savoir garder ».

Le concert affiche complet.

22310 Plestin-les-Grèves

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image
Présidentielles 2017

Votre journal cette semaine

Votre opinion

Faut-il regrouper les communes de Perros-Guirec, Trégastel et Saint-Quay-Perros ?
Chargement ... Chargement ...
Résultats sportifs de votre région
Go

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter