»
Législatives 2017
Tous les résultats dans votre commune et votre circonscription.

Faits divers. Il révèle le secret des Seznec

Pendant 14 ans, il a été l'avocat de la famille Seznec. Dans son dernier livre, Denis Langlois révèle l'un des secrets de la famille dans ce dossier aux ramifications trégorroises.

19/04/2016 à 09:57 par Erwann Hirel

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Pourquoi vous êtes-vous lancé dans l’écriture de ce livre ?
Tout simplement parce qu’à 75 ans, je débute sans doute la dernière partie de ma vie et qu’il était temps de révéler un certain nombre de choses sur l’affaire Seznec. Et parce que mon souhait est de voir aboutir une révision équitable de ce procès. Enfin, pour moi, ce livre est un acte militant.
Avez-vous rencontré des obstacles ?
Cette affaire est extrêmement complexe. Lorsqu’on a été avocat et donc tenu au secret professionnel, révéler certaines choses n’est jamais facile. Cela m’a coûté mais c’est une démarche que je devais faire.
À la fin des années 80, vous aviez déjà signé un livre sur l’affaire Seznec. Quelle nouveauté dans votre nouvel ouvrage ?
À l’époque, j’étais encore l’avocat de la famille et je ne pouvais pas tout dire. Il existait déjà cette idée de doute sur la condamnation de Guillaume Seznec pour meurtre. Or, une partie de sa famille – dont Denis Seznec – a voulu faire reconnaître l’innocence totale de Guillaume Seznec.
Ce qui vous fait dire dans votre livre que les démarches de Denis Seznec ont toutes été un fiasco…
Pour différentes raisons et à différentes époques, la famille Seznec a construit une sorte de légende autour de cette affaire. Mais celle-ci se trouve en décalage avec les éléments du dossier. La famille Seznec n’a, par ailleurs, jamais été unie sur la stratégie à adopter pour obtenir la révision. Denis Seznec a pour sa part opté pour la reconnaissance de l’innocence totale. Or, la condamnation de Guillaume Seznec repose sur deux chefs d’accusation : le meurtre de Pierre Quémeneur et les faux en écriture. Sur ce dernier point, le dossier tend à montrer que Guillaume Seznec a sans doute participé à la rédaction de ces faux documents.D’autres membres de la famille comme Bernard Le Her (le frère de Denis Seznec, NDLR) souhaitaient une révision équitable. J’étais d’accord avec lui. Le problème, c’est que Bernard Le Her n’était pas le représentant de la famille.
Quelles relations avez-vous actuellement avec la famille Seznec ?
J’ai conservé quelques contacts avec certains membres car la famille est très grande avec beaucoup de petits-enfants et arrière-petits- enfants. Mais je n’en ai plus avec Denis Seznec.
Vous évoquez dans votre livre le ’secret’ des Seznec. Quel est-il ?
Il concerne la mort de Pierre Quémeneur, dont on n’a jamais retrouvé le corps. Il aurait été vu dans la salle à manger des Seznec à Morlaix en mai 1923. Cette hypothèse repose sur le témoignage de Petit-Guillaume, l’oncle de Bernard Le Her. À l’époque, il était âgé de 11 ans. On ne peut en être sûr à 100 % mais cette version est la plus vraisemblable compte tenu des éléments du dossier. Guillaume Seznec pourrait donc être acquitté au bénéfice du doute. C’est la demande que je fais.
Quels retours attendez-vous après la sortie de votre livre ?
Cette affaire continue de troubler les consciences. Y compris en Bretagne. J’espère que les autorités judiciaires réagiront de manière
sereine. Je souhaite également que d’autres membres de la famille sortent de leur silence. Mais mon rôle n’est pas de les inciter à le faire. Ce livre n’est pas une revanche vis-à-vis de Denis Seznec mais une contribution pour rechercher la vérité.
Propos recueillis par Matthieu Gain
Pour en finir avec l’affaire Seznec. Éditions La Différence, 22 euros.

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Votre journal cette semaine

Résultats sportifs de votre région
Go

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter